Discours de Sylvie

60ème Congrès du D63

 

Intervention de Sylvie SEBASTIEN, Présidente de Zone 1 Martinique 2011-2012

Chers Officiels et Past Officiels du District,

Chers Officiels et Past Officiels du Lions Club international

Chers Officiels et Past Officiels de club,

Chers Amis Lions et Léos,

Chers Amis,

J’ai eu l’honneur d’assumer au cours de l’année Lion 2011-2012 les fonctions de Présidente de Zone pour la Zone 1 Martinique, dont je vous propose un compte-rendu d’activité. Mon intervention sera en 4 points : 1°) une présentation de la Martinique, notre territoire d’intervention pour la conduite de nos actions, 2°) le lionisme en chiffres dans la zone, 3°) le lionisme en actions et 4°) contribution à l’amélioration et au renforcement du mouvement dans la zone et le district.

 

I. Présentation de la Zone

La zone 1 Martinique correspond à la région mono-départementale du même nom. D’une superficie de 1 128 km², la Martinique est la plus vaste entité géographique insulaire des Petites Antilles Orientales. Toutefois, son territoire demeure relativement exigu en raison d’une topographie caractérisée par une couverture forestière importante et d’assez hauts reliefs (1 397 mètres au sommet de la Montagne Pelée), de nombreux édifices collinaires volcaniques, des pentes abruptes, autant de facteurs qui réduisent l’espace directement utilisable par l’homme (les plaines occupent seulement 10% de la surface de l’île) et maintiennent la densité de population à un niveau élevé tant en zones urbaines que rurales (densité moyenne : 363 hab./km²).

Notre île tropicale, montagneuse et volcanique, présente donc des contraintes de développement à la fois physiques et humaines. En effet, l’insularité, l’exiguïté, les caractères du relief et des écosystèmes, les risques naturels, sont autant de facteurs limitant le développement et l’utilisation de l’espace par l’homme. Bien que située non loin du continent américain, l’essentiel de ses échanges s’effectue avec l’Europe et la France métropolitaine, d’où des handicaps structurels liés à l’insularité et à l’éloignement des centres de décision de la métropole. La performance des transports maritimes et aériens est donc vitale pour son économie.

 

La Martinique en quelques chiffres…

D’un point de vue démographique : la Martinique a une population jeune mais vieillissante, qui fait de cette région le plus âgé des DOM et à horizon 2030 l’une des régions les plus âgées de France

 

- Population de 402 000 personnes (source : recensement 2009), composée respectivement de 52% hommes et 48% de femmes

- Répartition de la population par tranche d’âge : moins de 20 ans : 28,3%, 60 ans et plus : 19%

- Age moyen de la population : 37,8 ans

- Espérance de vie : 69 ans pour les hommes, 76 ans pour les femmes

- Taux de croissance naturelle : +0,5%, inférieur à la moyenne nationale (+0,7%) mais comparable à celui de la Guadeloupe

 

D’un point de vue économique : un développement économique contraint…

Durant les années 70 et 80, le niveau de richesse de la Martinique s’est élevé, mais il demeure beaucoup plus faible que dans le reste de la France (écart de 40% sur le PIB/habitant comparé à la France, soit moins de 20 000 €).

La formation du PIB en Martinique diffère sensiblement de la France métropolitaine. La consommation finale y est plus importante : elle absorbe en général la totalité des ressources produites de l’année, contre un peu moins de 80 % en France. Par ailleurs le commerce extérieur, structurellement déficitaire, fait apparaître des niveaux d’importations comparés au PIB très élevés par rapport à ce qui est observé en France hexagonale.

On assiste par ailleurs à une tertiarisation de l’économie avec des activités de plus en plus tournées vers les services, liées à une externalisation de certaines fonctions des entreprises, malgré une place encore significative de l’agriculture et de la filière agro-alimentaire.

Il est à noter que la Martinique se caractérise par une activité soutenue par la consommation des ménages.

On assiste depuis plusieurs années à une poussée du poids des entreprises dans l’économie martiniquaise, qui renforce le déséquilibre dans l’aménagement du territoire, puisqu’on constate qu’elles sont localisées pour l’essentiel dans le centre avec une percée cependant non négligeable du sud, ce qui traduit le dynamisme de ces deux agglomérations.

Le chômage, qui touche 21% de la population active touche les sexes de manière inégale. Les femmes représentent toujours environ 59 % des demandeurs d'emploi même si la baisse du chômage chez les femmes est plus forte que chez les hommes (respectivement -2,2 % et -1,4 %). Les jeunes constitue également une population fragilisée au regard de l’accès à l’emploi avec un taux de chômage de 16-25 ans qui représentent plus du double de la moyenne du territoire.

 

II. Le lionisme en chiffres dans la zone

La zone Martinique, forte de 196 Lions au 31/03/2012, compte 10 clubs lions et une branche de club, à savoir :

- LC Fort-de-France Doyen des Antilles et de la Guyane (date de remise de charte : 15 juin 1968), présidé pour l’année Lion 2011-2012 par Hervé Hans PEROU

- LC Trinité (remise de charte : juin 1973), présidé pour l’année Lion 2011-2012 par Jacques BARAY

- LC Fort Saint-Louis (remise de charte : janvier 1978), présidé pour l’année Lion 2011-2012 par Julien GOUAIT

- LC Côte Caraïbe (remise de charte : novembre 1985), présidé pour l’année Lion 2011-2012 par Lucien NOLBAS

- LC Madinina (remise de charte : octobre 1989), présidé pour l’année Lion 2011-2012 par Jack-lynn SAVILIA

- LC Fort-Royal (remise de charte : novembre 1989), présidé pour l’année Lion 2011-2012 par Yolène CATAN-MARTINNON

- LC Baie des Flamands (remise de charte : septembre 1990), présidé pour l’année Lion 2011-2012 par Marie-Heuille BONFEUILLE-VATRAN

- LC Lamentin (remise de charte : octobre 1995), présidé pour l’année Lion 2011-2012 par Marie-Josette ZENON

- LC Rivière-Salée (remise de charte : juin 2003), présidé pour l’année Lion 2011-2012 par Germaine CHERUBIN

- LC Trois-Ilets (remise de charte : septembre 2008), présidé pour l’année Lion 2011-2012 par Marie-Luce MORMIN

- Une branche de club, dénommée Branche de club de Balata, rattachée au LC Madinina, créée en 2010, présidé pour l’année Lion 2011-2012 par Sabrina SAVILIA.

 

Même si les textes du Lions club international prévoient la mixité des clubs, des choix assez divers ont été faits, hérités de l’histoire ou fruits d’une approche volontariste des membres de rompre avec ladite histoire. Ainsi les clubs Doyen des Antilles et de la Guyane et Madinina ont fait le choix de la mixité au cours de l’année Lion 2010-2011. A ce jour, il y a dans la zone 2 clubs masculins, 2 clubs féminins et 6 clubs mixtes.

Le lionisme se conjugue de plus en plus au féminin. En effet, à ce jour la zone est composée à 48% de femmes et à 52% d’hommes.

L’effectif moyen des clubs est de 20. Derrière ces chiffres se cache une réalité assez contrastée puisque 2 clubs comptent moins de 10 membres (LC Lamentin, LC Trois-Ilets).

 

Le lionisme reste vivace bien que confronté à des difficultés…:

La zone Martinique enregistre au 31/03/2012 une décroissance nette de 5 membres. Ce chiffre ne traduit pas une difficulté à recruter puisque nous avons enregistrés à ce jour 9 recrutements et que 6 recrutements sont prévus d’ici à la fin de l’année Lion 2011-2012. En revanche la zone à l’image du district est confrontée à un problème de maintien des effectifs.

On notera également la grande maturité du lionisme dans la zone Martinique, qui est historiquement la première zone du district 63. Ainsi, le nombre d’années moyen de service lions est supérieur à 15 années. Cependant le corollaire de cette maturité est également la moyenne d’âge croissante des membres et un investissement des membres dans leur club depuis de nombreuses années, qui ne sont pas sans impact, direct ou indirect, sur la vie des clubs, à savoir :

 

- Une difficulté croissante à mobiliser les membres sur les actions conduites dans les clubs ou la zone

- Une difficulté croissante à mobiliser les membres pour assumer des postes officiels au niveau du club ou de la zone

 

Autre impact plus indirect celui-ci : la difficulté à recruter de nouveaux membres, la difficulté à recruter de jeunes actif. En effet, par un principe d’identification, on se tourne naturellement vers ceux qui nous ressemblent ou que l’on côtoie, ce principe d’identification s’applique tant pour les Lions que pour les impétrants potentiels.

Par ailleurs, les Lions en Martinique sont confrontés à un double obstacle : la crise des vocations par rapport à l’engagement associatif et lorsque cette volonté d’engagement existe l’offre concurrente d’autres structures associatives ou clubs service, plus attractives car jugées plus valorisantes ou « utiles » (Rotary, structures socio-professionnelles, notamment pour les cibles des jeunes actifs, autrement dit la « génération X »).

Cette difficulté à assurer la relève concerne des clubs qui ne sont pas encore en difficulté au regard des effectifs mais qui pourraient l’être à court ou à moyen terme (Fort Saint-Louis, Baie des Flamands, Trinité, etc.).

Par ailleurs, deux clubs sont particulièrement en difficulté au regard de leurs effectifs, le club des Trois-Ilets (9 membres) et le club du Lamentin (7 membres), avec lesquelles des actions spécifiques ont été mises en place basées notamment sur une réflexion préalable sur l’origine des difficultés, l’identité du club (autrement dit sa culture), le profil des impétrants au regard de la situation de départ du club. On peut identifier deux profils d’impétrants, les « bâtisseurs » et les « suiveurs », qui, tout en étant animés par la même volonté de servir, s’épanouiront pour les premiers dans un environnement où tout ou partie est à construire (voire reconstruire) et qui pourront dans le respect de l’éthique Lion apporter leur touche. En revanche, les seconds, qui sont a contrario à la recherche d’une organisation déjà stabilisée, percevraient une telle situation comme anxiogène. Ce travail de réflexion a redynamisé les membres, qui s’essoufflaient mais ont la volonté de continuer à servir.

L’enseignement que l’on peut tirer de la situation de ces clubs est le caractère vital d’une auto-évaluation, clé de la pérennité des clubs, qui doit intervenir tout au long de la vie des clubs, notamment lorsque l’on considère que tout va bien au regard des effectifs, des actions conduites au bénéfice des oeuvres sociales, etc.). C’est aussi la clé de l’adaptation aux mutations de notre environnement.

 

III. Le lionisme en action

 

Les actions phares permanentes conduites au niveau de la zone ont été les suivantes :

- Rencontre inter-clubs dans une ambiance conviviale où 65 Lions se sont retrouvés en Juillet 2011

- Collecte régionale et nationale de la Banque alimentaire en juillet et en novembre 2011 : la forte mobilisation des Lions en novembre 2011 a fait oublier la faible participation du mois de juillet, due sans doute à la période de congés annuels.

- Journée du service Lions, qui cette année a été un peu différente puisque les Lions de Martinique sont allés à la rencontre de la population martiniquaise en se rendant dans la ville capitale, Fort-de-France, pour sensibiliser la population au problème de la malnutrition, « prétexte » pour surtout parler du Lionisme en général et de ses développements en Martinique au travers de l’action de nos 10 clubs.

- Journée mondiale du diabète le 14 novembre 2011, sous le pilotage du LC Rivière-Salée avec la participation des clubs de la zone

- Téléthon : les Lions se sont fortement mobilisés pour tenir le 3637 autour du coordonateur Téléthon, le Lion Franck LITTEE. L’édition 2011 du Téléthon a permis de collecter 150 000 euros (chiffre provisoire, toutes les sommes collectées au titre des défis n’ayant pas encore été comptabilisées) et a vu la participation de tous les clubs de la Zone.

 

L’accent a été mis également sur la formation avec l’organisation d’un Séminaire de zone en novembre 2011 intitulé « Mon club, ma famille : les relations de famille », temps fort pour réfléchir ensemble au rôle et missions d’un Lion, mais également aux valeurs qui fondent notre mouvement. Les interventions de grande qualité ont été faites par le 1er Vice-gouverneur Lina LABBE sur les fondements du Lionisme, du 2ème Vice-gouverneur Jean HOUELCHE sur le rôle du Président de club comme chef de famille et du PDG Jean-François PONCEAU sur l’auto-évaluation des clubs. Ce sont près de 80 personnes qui ont participé au séminaire.

Ce focus sur la formation pour cette année Lion 2011-2012, dans un souci de « renforcement la connaissance », cher au Gouverneur Denis Riquier s’est poursuivi par 4 sessions de formation, sur le protocole, le recrutement et sur l’outil informatique en général et les outils mis à disposition des Lions par le Lions club international, car comment imaginer aujourd’hui remplir des fonctions dans notre mouvement sans maîtriser ce support. Les talents de la zone (à savoir Christian FAUCHIER du LC Doyen et Marie-Claude MARIE-MAGDELEINE du LC Fort-Royal sur les modules informatiques, le PDG Jean-François PONCEAU du LC Côte Caraïbe sur les modules « Recrutement » et « Protocole ») se sont mis au service des autres membres. Ce sont ainsi 71 Lions, qui ont pu être formés. Les bureaux entrants bénéficieront par ailleurs des formations organisés en juin, spécifiquement à leur intention sur leurs responsabilités à venir.

Des Actions spécifiques ont été conduites dans la zone correspondant aux programmes des différentes commissions :

 

- Commission médico-sociale

Commission Vue :

Dans le cadre du mois de la vue, organisation, en octobre 2011, d’un test d’acuité visuelle avec le Dr BAPTE au Foyer d’Auteuil de l’Espérance au bénéfice de 70 enfants par Madinina en partenariat avec la branche de club.

Collecte de lunettes en partenariat avec un réseau de pharmacie par le club des Trois-Ilets en mars et avril 2012 (collecte de 452 paires de lunettes)

Commission Diabète : Organisation de la Journée mondiale du diabète à l’Espace Fitte-Duval (Saint-Esprit) avec dépistage, sensibilisation auprès des écoles, organisation d’une marche sous le pilotage du club de Rivière-Salée avec la collaboration des clubs de la zone

Divers : conférence à venir sur l’autisme par le club des Trois-Ilets (en partenariat avec l’association des Autismes de Martinique)

 

- Commission Action en faveur de la jeunesse

Arbres de Noël : des arbres de Noël ont été organisés par différents clubs de la Zone

LC Trinité (Noël des déficients visuels),

LC Côte Caraïbe (Noël des enfants drépanocytaires à la cité hospitalière de Mangot Vulcin),

LC Fort Saint-Louis (Noël des enfants de l’IME Morne-Rouge),

LC Madinina et branche de club de Fort-de-France Balata (Noël des Enfants du Foyer d’Auteuil de l’Espérance),

LC Fort-Royal (Noël des enfants du CAMSP)

Concours Affiche de la Paix : les LC Fort-Royal et LC Trinité ont participé à cette action. Mais de multiples problèmes d’organisation n’ont pas pas permis que les affiches sélectionnées par les clubs représentent la zone ou le district.

 

- Commission Info 63/ Infos net

Envoi d’articles pour alimenter l’INFO 63 par les clubs de la zone après un démarrage plutôt timide

Création ou développement de supports d’information propre au club pou communiquer en direction du grand public, du district, de la zone ou du club : page Facebook de la Branche de club de Balata, Blog du LC Fort-Royal, Newsletter du LC Côte Caraïbe

 

- Congrès et séminaires

Forte mobilisation des Lions pour le séminaire de Zone qui a eu lieu en Novembre 2011 (près de 80 Lions)

Forte participation des Lions de Martinique lors du 60ème Congrès de Martinique

8 clubs représentés

25 Lions présents

 

IV. Contribution à l’amélioration et au renforcement du mouvement dans la zone et le district

Ces réflexions sont issues des échanges avec les clubs lors des visites de clubs et des sessions de formation mises en place dans la zone mais également de presque 10 mois d’expérience aux fonctions de Présidente de zone. Ces propositions portent sur 3 thématiques, qui me semblent importantes pour le renforcement du mouvement dans la zone :

 

- 1ère thématique : le Recrutement :

1ème proposition : mettre un processus de recrutement « normalisé » permettant une meilleure identification des volontés réelles des impétrants potentiels et une meilleure intégration, à l’instar de ce qui est fait par la Jeune Chambre économique. Il s’agirait de dispenser de façon formelle aux « impétrants potentiels » de la zone, sous la coordination de la Commission EME/EMF du district, une formation sur le Lionisme et ses valeurs, les actions conduites par les clubs dans la zone et de présenter le parcours et les outils qui seront mis à sa disposition pour servir. Il ne s’agit pas de faire à la place des clubs, qui accompagneraient les impétrants potentiels dans ce processus de recrutement, d’une part en participant à cette formation, en la personne du futur parrain qui y serait également présent, et d’autre part en étant leur « bassin d’immersion » dans le Lionisme. En revanche, cette approche permet…

 

De voir qu’ils ne sont pas seuls à vouloir s’engager et à aussi prendre la mesure du mouvement auquel ils pourraient appartenir

D’éprouver les motivations et de clarifier les choses en termes d’engagement (l’éthique, les principes du service, etc.)

D’être engagé toute de suite dans l’action avec, au terme de la formation, la participation à l’organisation d’une action au niveau de la zone (selon la date de tenue de cette formation il pourrait s’agir de la journée du service Lions, de la soirée de présentation des Bureaux, etc.)

2ème proposition : Valoriser l’engagement à une époque où la vie associative est en recul avec la mise en place d’une « fête des intronisés » lors de la soirée de présentation des bureaux. Au cours de cette manifestation, il s’agirait de mettre à l’honneur les intronisés de l’année. C’est ce que fera la zone Martinique lors de la soirée de présentation des bureaux en juin prochain.

3ème proposition : Elaborer une « charte de recrutement » au sein de chaque club, déclinant sur ce sujet le « qui, quand, quoi, où, comment » du recrutement dans le respect de la culture du club en cohérence avec l’éthique Lions.

 

- 2ème thématique : la continuité dans l’action

 

Même si la fonction de Past PZ n’existe pas, il me semble néanmoins important de jouer la transmission et permettre au Président de zone élu de ne pas perdre de temps sur la prise en main de ses fonctions et d’être plus rapidement opérationnel sur les affaires de la zone (accompagnement des clubs, etc.). C’est le « deal » que nous avons fait avec le PZ1 elect Christian FAUCHIER. En outre lorsque le PZ de l’année d’après est connu (sous réserve que le choix de la zone soit validée par le Gouverneur) il peut commencer à se préparer à sa fonction en côtoyant le PZ en exercice.

 

- 3ème thématique : donner de la visibilité au mouvement dans la zone

 

La zone Martinique souffre d’un déficit de visibilité sur le territoire. Des actions sont entreprises au niveau des clubs et du district (blog, info 63, newsletter). Mais si nous souhaitons que les Lions s’affichent sur les routes et dans nos villes (identification des clubs lions se réunissant dans une ville donnée, etc.), le PZ ou un président seul n’a pas la disponibilité pour s’en occuper. D’où l’idée de mettre en place une commission communication composée d’anciens présidents de zone qui prendrait en charge ce problème spécifique (signalisation, etc.). Cette idée a été discutée en réunion du Comité consultatif du gouverneur proposée par le 2ème Vice-gouverneur et a reçu l’assentiment des officiels présents. Tout ceci n’est et ne sera possible (car l’année n’est pas finie… Nous avons encore deux rendez-vous importants : la soirée de présentation des bureaux 2012-2013 dite « passation commune » prévue le 16 juin prochain et l’action de journée de promotion du braille sous l’impulsion de la Présidente de la Commission Vue, Michèle GOUACIDE) sans la collaboration des officiels de club, le travail étroit avec le Lion Maryline Secrétaire de district, les encouragements du Gouverneur Denis RIQUIER, le soutien appuyé et les conseils du 1er vice-gouverneur Lina LABBE et du 2ème vice-gouverneur Jean HOUELCHE avec qui nous avons travaillé de concert pour les visites de club et le séminaire. Enfin je ne terminerai pas sans une pensée particulière pour mon club d’origine, le Lions club Fort-Royal, qui m’a soutenu tout au long de cette année et qui est venu en nombre en Guyane.

Merci pour votre attention.

Sylvie SEBASTIEN

PZ 1 2011-2012